La laine

Nom : laine
Famille : fibre naturelle animale
Date de découverte : 10 000 ans avant J-C en Asie-mineure
Pays exportateurs majoritaire : L’Australie, la Chine et les États-Unis

Qu’est-ce que la laine?

La laine est une fibre animale naturelle qui provient de la fourrure d’animaux à poil. C’est une matière souple qui provient du poil de l’épiderme de l’animal. Cette fibre est composée de kératine et recouverte d’écailles (un peu comme nos cheveux). Elle est majoritairement utilisée dans la production textile, mais aussi en tant qu’isolant thermique.

Pour rentrer dans le détail, la laine est une fibre est qualifiée comme « hygroscopique », ce qui signifie que ces cellules capillaires absorbent ou libèrent continuellement de la vapeur d’eau. La matière peut absorber jusqu’à 35 % de son poids en eau tout en restant sèche au toucher. En parallèle, la laine produit de la chaleur tout en faisant ressortir l’humidité par évaporation. Il s’agit donc d’une sorte de climatisation naturelle créant une barrière au froid et à l’humidité.

« Die Normalkleidung als Gesundheitsschutz par » Gustav Jäger (1880)

Au XIX siècle, Gustav Jäger (professeur en médecine et zoologiste allemand) a mené des tests sur les propriétés isolantes de la laine.

L’objectif était de vérifier la réaction de l’organisme humain portant uniquement de la laine avec des températures non loin du gel. Il en résulte que les participant n’ont pas subi de refroidissement du corps après quelques heures avec températures se rapprochant de l’état du gel et n’aurait pas eu la grippe suite à l’expérience. D’ailleurs, il créa un costume sanitaire de laine dont il le nomma «Die Normalkleidung als Gesundheitsschutz», ce qui signifie «l’habillement normal de protection sanitaire».

À noter : dans les bâtiments, la laine sert de revêtements pour l’isolation ou de sécurité feux (souvent utilisé dans les boîtes de nuits, dans les avions ou dans les trains, car elle ne dégage pas de fumée toxique).

Il existe plusieurs types de laine :

  • La laine mérinos : provient du mouton de race mérinos
  • La laine angora : provient du lapin angora (poils longs et fins)
  • La laine mohair : provient de la chèvre angora (poil très fin et très doux)
  • La laine alpaga : provient du lama alpaga (principalement élevé en Amérique du Sud)
  • La laine Shetland : provient de moutons élevée sur les îles Shetland, au nord de l’Ecosse (poil duveteux)
  • La laine cachemire : provient par des chèvres du cachemire, en Inde
Chèvre de capra, sa laine est utilisée pour les pulls en cachemire

De la tonte au fil de laine : le procédé de fabrication

Il faut savoir que la laine recueillie par la tonte n’est pas directement utilisée. Elle passe par 7 grandes étapes avant d’être utilisée pour confectionner nos mailles :

  1. Tonte : récupérer à l’aide de ciseau forces ou à la tondeuse électrique
  2. Trie : retirer la laine inutilisable pour constituer des lots homogènes en qualité ainsi que des matières organiques animales (crottes, urines), végétales (paille, foin) et minérales (terre, sable)
  3. Lavage : nettoyer la fibre pour retirer toutes les impuretés. Elle est ensuite séchée afin d’éliminer toute humidité
  4. Cardage : démêler la laine pour en retirer les fibres. Elle est peignée grâce à des tambours garnis de pointes d’acier et tournant à grande vitesse
  5. Filature : créer un fil à partir des fibres. Selon le résultat voulu, les fibres peuvent subir plusieurs torsions afin d’obtenir une certaine solidité
  6. Teinture : teindre le fil de laine obtenu dans une solution colorante
  7. Tissage : entrecroiser les fils en chaîne et trame pour créer une étoffe.

Quel est l’impact environnemental de la laine ?

On pourrait croire que la laine a peu d’impact écologique puisque c’est une fibre naturelle d’origine animale. Et pourtant, en impact environnemental, elle est comparée à celui du coton. Ce n’est pas tant dans la fibre en elle-même mais plutôt du côté des élevages. Dans l’industrie lainière, les élevages intensifs de moutons, comme celui de bovins, génèrent une quantité importante en emprunte carbone (une des causes du réchauffement climatique). On estime qu’environ 2,1 millions de tonnes de laine sont produits chaque année dans le monde (tous types de laine confondues). Par exemple, pour la laine de mouton, l’animal est un grand producteur de méthane.

Les produits chimiques ont également un impact environnemental. Ces élevages utilisent des pesticides et des insecticides pour débarrasser les parasites de l’animal qui se déversent dans les eaux lorsque la laine est tondue est lavée.

Ces élevages intensifs perturbe aussi l’écosystème, en partie à cause de la déforestation. Le journaliste George Monbiot a mené une enquête « Comité d’audit environnemental de la Chambre des communes » affirme que pour les besoins de pâturages, les arbres sont coupés et les terres sont défrichées (du côté de l’Angleterre et du Pays de Galles). Donc, la végétation naturelle est fortement réduite et se régénère peu, voire pas du tout.

La laine, une fibre éthique ?

Cela dépend beaucoup du types d’élevages. En 2014, PETA États-Unis a mené une enquête sur les pratiques de tontes des moutons en Australie et aux États-Unis. Sans rentrer dans les détails, l’association découvrent de la maltraitance physique, des pratiques de mutilations et de malnutrition notamment durant leurs exportations dans différents lieux de tontes. Par ailleurs, dans cette industrie lainière, il existe même des moutons génétiquement modifiés afin qu’ils produisent abondamment de la laine et qu’ils aient une meilleure résistance aux maladies. 

Quels sont les labels ?

Le label Woolmark permet d’identifier les marchandises qui contiennent de la laine vierge provenant de la tonte d’animaux sains et vivants. Elle est en opposition à la laine récupérée sur les toisons d’animaux abattus et à la laine recyclée.

En Belgique, un label de qualité existe, le label be-wool garantit : l’origine de la laine, un prix équitable à l’éleveur, la traçabilité et transparence des transformations, des produits principalement en laine.

Les obligations du référentiel GOTS sont assez stricts. L’organisme responsable du label GOTS contrôle, à travers un cahier des charges, la totalité du processus de production (culture, filature, tissage, lavage, etc.), de même que le respect de l’être humain (salaires, conditions de travail, protection sociale, etc.).

***


Pour aller plus loin :
En savoir plus sur la laine : https://www.moutonsdescarpates.com/la-laine/
En savoir plus sur la production mondiale de laine : https://www.planetoscope.com/matieres-premieres/1181-production-mondiale-de-laine.html
En savoir plus sur l’enquête Comité d’audit environnemental de la Chambre des communes du journaliste George Monbiot (point numéro 14) : https://www.monbiot.com/2017/01/04/the-hills-are-dead/
En savoir plus sur l’enquête menée par l’association PETA : https://www.petafrance.com/nos-campagnes/habillement/les-animaux-exploites-pour-la-laine/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recherche

Catégories

© 2021 – Des Tartines de Fringues